Custom Menu

Latest From Our Blog

Maison de la forêt | CVO : Note de M. Antoine REILLE, Président du Syndicat des Forestiers Privés de Touraine
Le Syndicat des Sylviculteurs du Sud Ouest rassemble plus de 6000 adhérents. Le syndicat veille aux intérêts des propriétaires sylviculteurs contre toute application abusive ou disciminatoire des textes législatifs et réglementaires. Le syndicat propose également des orientations et réformes nécessaires pour dynamiser la forêt cultivée. Maison de la Forêt 6 Parvis des Chartrons 33075 Bordeaux Cedex.
maison de la foret, syndicat de sylviculteurs du sud ouest, gironde, france, aquitaine, arbre, foret, bois, pin, bordeaux, sylviculture, foret des landes de gascogne, innovation, hectares, landes, lot et garonne, economie de la foret, prix du bois, FOGEFOR, SODEF, DFCI, GPBS, CAFSA, FOREXPO, USSE, CPFA, PEFC, pin des landes, parquet, foret durable, papier, parvis des chartrons, bucheron, elaguer, menuiserie, charpente, foret, arbre, artisanat bois, sciage, negoce, lattes, contreplaque, lambris, parquets, placage, 33,gironde,france,aquitaine,arbre,foret,bois,pin
19076
single,single-post,postid-19076,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,vertical_menu_enabled,wpb-js-composer js-comp-ver-4.1.3.1,vc_non_responsive

CVO : Note de M. Antoine REILLE, Président du Syndicat des Forestiers Privés de Touraine

CVO : Note de M. Antoine REILLE, Président du Syndicat des Forestiers Privés de Touraine

16 janvier 2016

 

La CVO (contribution volontaire obligatoire) a été instituée pour pallier en partie la suppression par l’État du Fonds Forestier National. Elle est entrée en vigueur le 1er septembre 2005, donc il y a un peu plus de dix ans. Il paraît raisonnable, au bout de ce délai, de se poser quelques questions à son sujet.

 

En particulier, l’énergie que doit déployer France Bois Forêt pour la percevoir auprès des propriétaires exploitants montre bien qu’elle est très mal perçue par ceux-ci. En Indre et Loire, le conseil d’administration du Syndicat des forestiers privés s’est prononcé à l’unanimité contre ce mode de financement des actions de FBF. Et il semble que cette position soit celle de nombreux autres syndicats départementaux ou régionaux, notamment en Bretagne

 

Ceci permet donc, tout d’abord, de remettre en cause l’appellation de cette contribution, qui n’est volontaire que par le désir de quelques dirigeants, qui n’ont jamais pris la peine de consulter leur base à ce sujet !

 

Mais le plus important serait de revoir le mode d’application de cette contribution.

 

Elle taxe, à des taux divers les divers stades de la filière bois : producteurs, scieurs, constructeurs en bois, etc. En fait, l’essentiel de cette contribution grève le propriétaire exploitant. En effet, les intervenants des divers stades de la filière ne vont pas réduire leur marge bénéficiaire pour payer la CVO : ils vont donc la déduire du prix d’achat de la denrée, au détriment de celui à qui ils achètent. Le prix des produits finis ne pouvant être indéfiniment augmenté du fait du cours des marchés, le montant de la CVO va donc se répercuter en cascade tout au long de la filière, pour rester pratiquement à la charge du premier échelon, celui du propriétaire exploitant.

 

Cette situation serait admissible si tous les propriétaires exploitants retiraient des avantages des actions entreprises par France Bois Forêt. Si l’on examine ces actions, telles que décrites dans l’appel à contribution diffusé par cet organisme, on trouve :

 

-Un soutien à la marque PEFC : les critères d’attribution de ce label sont suffisamment nébuleux pour que le président de l’union régionale Centre des forestiers privés doive encore demander des éclaircissements à ce sujet, après avoir assisté à l’A.G. de PEFC Ouest, et à une réunion des présidents de région qui a traité de ce point. Il est donc difficile au forestier de base de comprendre ce qu’on lui demande avec ce système.

 

-Le réseau RMT AFORCE “participe au développement d’outils opérationnels pour accompagner les gestionnaires dans leurs choix de gestion et pour permettre d’anticiper les effets du changement climatique“. Là encore, le petit propriétaire qui pratique la régénération naturelle voit mal ce qu’il peut tirer de ces recherches dont les résultats sont à l’heure actuelle plus qu’hasardeux. Ces résultats ne peuvent être éventuellement utilisables que par ceux qui pratiquent des reboisements à grande échelle.

-Le réseau des prescripteurs bois en région, qui comporte 25 personnes, pourra difficilement aider le petit sylviculteur perdu au fond de la Touraine.

 

-Les formations FOGEFOR partent encore d’une idée louable. Mais elles ne sont accessibles qu’à quelques privilégiés, ne serait-ce que du fait qu’elles sont en général faites en plusieurs jours. Il semble d’ailleurs qu’il ne soit pas toujours facile pour les organisateurs de remplir les stages.

 

-La journée internationale des Forêts soutenue par l’ONU est certainement une très belle manifestation, mais, là encore, nous n’en avons pas beaucoup entendu parler en Touraine.

 

Par ailleurs, dans d’autres documents que l’appel à paiement de la CVO, France Bois Forêt se targue de lancer un programme de valorisation de la séquestration du carbone forestier : je serais curieux de savoir ce qui a précisément été financé grâce à la CVO  dans ce domaine. Il en est de même pour le programme “forêt et eau“, en dehors de la plaquette “Protéger et valoriser l’eau forestière“, qui s’adresse à un public non ciblé, ce qui y rend très difficile la recherche de ce qui concerne chaque intervenant particulier.

 

Le syndicat des forestiers privés de Touraine compte plus de 50% d’adhérents possédant moins de 50 ha boisés : il paraît délicat de leur demander de verser une contribution qui sert à financer des études ou des actions qui ne sont profitables qu’à quelques sylviculteurs professionnels.

 

Je me fais donc l’écho d’un vote unanime de notre conseil d’administration pour demander que soit revu le mode de financement de France Bois forêt, dans un esprit d’équité et de démocratie.

 

 

Antoine REILLE

Président du Syndicat des Forestiers privés de Touraine

 

Destinataires :

- M. le Président de France Bois Forêt

- M. le Président de Fransylva

- MM. les Présidents de Syndicats régionaux et départementaux de forestiers privés

Tags: